François-Joseph Talma

Un nom que tous les comédiens francophones devraient connaître, tant il a révolutionné le théâtre, et surtout la manière d’appréhender le jeu à son époque. Il débute à la Comédie-Française en 1786, en est exclu en 1791, puis est réintégré en 1799, comédien préféré de Napoléon qu’il est.

Talma en Néron, dans le Britannicus de Racine, par Delacroix.

François-Joseph Talma est connu pour avoir apporté sur scène les costumes « d’époque » à une période où l’on jouait les tragédies en habits de cour. Mais il a également proposé une vraie révolution pour l’art de l’acteur, en s’attaquant notamment à la déclamation, et en lui préférant un certain naturalisme. Pour lui, la manière de dire devait être le reflet du sentiment.

À bas les normes, en avant l’émotion !

Réflexions sur Lekain

Lekain aussi était un immense comédien, que Talma n’a jamais connu, puisqu’il n’était pas encore né quand le premier était déjà sous terre. Lorsqu’il écrit ses Quelques réflexions sur Lekain, il y adjoint celles sur l’art théâtral. En fait, Talma parle peu de Lekain. Il parle surtout de lui. Il parle du théâtre, et il parle de son époque. 

Si la sensibilité fournit les objets, l'intelligence les met en œuvre.
Le Costume de Talma dans Cinq, de Racine.

Talma fait en particulier valoir sa conception du « grand acteur » comme celui chez qui sont réunies la sensibilité et l’intelligence. Il insiste également sur la nécessaire complémentarité de prédispositions naturelles (y compris à la sensibilité) et du travail nécessairement permanent.

Bref, dans ces Quelques réflexions sur Lekain et sur l’art théâtral, Talma prodigue de nombreux conseils aux acteurs de son temps. Mais, chose étonnante, beaucoup de ces conseils sont encore bien peu appliqués sur les scènes actuelles… Sont-ils dépassés ? Je ne le pense pas ; au contraire, il sont, selon moi, au cœur de ce qu'est l’art de l’acteur. Je crains, au contraire, qu’il faille y voir la confirmation de ce qu’écrivait André Gide dans son Traité du Narcisse : « Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer ».

Voix sur encre

Recommencer. C’est ce que nous avions voulu faire avec Guillaume Dumoulin, lorsqu’il m’avait confié la direction de Voix sur encre, la collection de livres audio au sein des éphémères Éditions La Langue Française.

Il a bien voulu me permettre de partager ici ce texte que j’avais enregistré alors. C’était un travail passionnant, permettant d’interroger encore ce que c’est que dire. La valeur du texte imprimé à l’oral a également été l’occasion de nombreuses réflexions, en particulier au sujet des notes de bas de page. Peut-être écrirons-nous un jour Quelques réflexions sur Talma et sur l'art de la lecture ?

Bonne écoute !